Envolée des radiations d'entreprises au premier semestre 2021 : symptôme d'une économie en mutation

13/07/2021

Découvrez le Baromètre des entreprises - Flash spécial Covid-19 du Conseil national


Communiqué de presse

 

Le Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce dévoile une nouvelle édition de son Baromètre des entreprises, visant à mesurer les effets de la crise sanitaire sur le tissu entrepreneurial français au cours du premier semestre 2021. Il met en lumière le pic de radiations d'entreprises enregistré sous l’effet de la crise de la COVID-19.


Paris, mardi 13 juillet 2021 -  Le premier semestre 2021 est marqué par l'envolée du nombre d'entreprises radiées du registre du commerce et des sociétés, en hausse de près de 28% à un an d'intervalle, et résultant majoritairement d'une décision volontaire du chef d'entreprise. La transformation du tissu entrepreneurial français semble ainsi s'accélérer et s'inscrire dans le temps, avec des secteurs traditionnels en recul et de nouvelles activités en plein essor, à l'instar du e-commerce et de la livraison à domicile.

Radiations d'entreprises en hausse : une situation majoritairement choisie par les chefs d'entreprises


131 412 entreprises ont été radiées du registre du commerce et des sociétés au cours du premier semestre 2021, soit une augmentation de près de 28% par rapport au premier semestre 2020. La majorité de ces radiations résulte d'un choix volontaire du chef d'entreprise, à l'origine de 69 609 radiations (+32% à un an d'intervalle). Nombre de dirigeants d'entreprises frappées par la crise ou intrinsèquement fragiles préfèrent ainsi interrompre proactivement leur activité afin d'éviter la cessation de paiement et l'ouverture d'une procédure collective. Une décision sans doute alimentée par l'absence de visibilité quant à la réalité du rebond économique attendu et par la suspension annoncée des dispositifs de soutien mis en place par le gouvernement.


Sur cette même période, 38 818 radiations d'entreprises font par ailleurs suite à une procédure collective, un chiffre en augmentation de 2% mais dont la part dans l'ensemble des radiations se contracte (29,5% en 2021 contre 37% en 2020). Enfin, 19 007 entreprises ont été radiées d'office du RCS, marquant une hausse de 107%, quand 3 926 radiations résultent d'autres motifs (décès du dirigeant, etc.).


Une mutation accélérée du tissu entrepreneurial français


La crise sanitaire contribue à transformer le visage de l'entrepreneuriat français, accélérant l'essor d'activités entrepreneuriales liées au numérique (livraison à domicile et foodtech, e-commerce) et la disparition d'activités traditionnelles  :

  • 324 829 entreprises ont été créées au cours du premier semestre 2021, soit une croissance de près de 68% à un an d'intervalle, fortement tirée par la livraison à domicile et le e-commerce.
  • Les secteurs d'activité émergents (livraison à domicile et e-commerce) se distinguent par un fort turnover, avec une augmentation parallèle des créations et des radiations d'entreprises, et une création d'emplois très limitée, l'essentiel des entrepreneurs optant pour le statut d'entreprise individuelle.
  • Les secteurs d'activité traditionnels durement frappés par la crise concentrent la majorité des radiations, à l'instar de la location de logements et de terrains (hébergement) et de la restaurant qui représentent près d'un quart des radiations de la période.

On observe par ailleurs une augmentation de l'âge moyen des entreprises radiées au cours du semestre (fixé à 12 ans, soit respectivement 6 et 2,5 mois de plus qu'en 2019 et 2020), la crise ayant contraint des entreprises solides et installées à mettre fin à leur activité. C'est notamment le cas du secteur de l'agriculture, de la sylviculture et de la pêche, dont les entreprises radiées sont les plus anciennes (18,4 ans, en hausse de 7 mois à un an d'intervalle). À l'inverse, les entreprises du secteur de la livraison à domicile peinent à survivre plus d'un an.


Si l'augmentation des radiations d'entreprises est observée sur l'ensemble du territoire, certaines régions sont plus durement touchées que d'autres : le nombre d'entreprises radiées dans les Hauts-de-France est ainsi quasiment multiplié par deux par rapport au premier semestre 2020, quand il croît de plus d'un tiers dans l'Ouest de la France (Pays de la Loire et Nouvelle-Aquitaine).


Sophie Jonval, présidente du Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce déclare : "Alors que nous craignions jusqu'ici de voir déferler une vague de procédures collectives, ou bien encore de soutenir artificiellement des entreprises dites "zombies", nous observons qu'un nombre croissant de chefs d'entreprises choisissent de mettre volontairement fin à leur activité. S'il est encore trop tôt pour dresser des conclusions sur l'impact de la crise sur notre économie, une chose est sûre : la transformation de notre tissu entrepreneurial s'accélère et se confirme dans le temps. Pour accompagner ces mutations, nous devons trouver un juste équilibre entre innovation, agilité, confiance et sécurité. C'est là toute la vision de la justice commerciale portée par les greffiers des tribunaux de commerce."

 

Pour télécharger le baromètre Flash spécial crise de la Covid-19, cliquez ICI.

Pour télécharger le Communiqué de presse, cliquez ICI.

 


Contact presse :
Chloé Luce I cluce@reputationsquad.com I 06 32 80 98 18

 

Sources et méthodologie : Réalisée par l'institut d'études économiques Xerfi à partir des informations statistiques brutes des bases de données des greffes des tribunaux de commerce, cette étude présente les grandes tendances des créations et des défaillances d’entreprises, par région et par secteur, pour la période du 1er janvier au 30 juin 2021. Les informations fournies via Infogreffe concernent les entreprises immatriculées, en procédures collectives ou radiées au Registre du Commerce et des Sociétés auprès des Greffes au cours des années 2018 à 2020. Le périmètre retenu dans cette étude exclut l’Alsace, la Moselle et les DROM. Le traitement et l’analyse de ces données sont réalisés par Xerfi.

A propos du Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce
Présidé par Maître Sophie Jonval, le CNGTC est l’organisme représentatif des greffiers des tribunaux de commerce, exerçant dans les 141 greffes répartis sur l’ensemble du territoire français. Le CNGTC agit en faveur de la modernisation de la justice commerciale, avec notamment la création du Tribunal digital, et investit au profit de la facilitation des parcours des entreprises, de la transparence économique et de la sécurité des affaires. La profession exerce un rôle fondamental dans le bon fonctionnement de l’économie française en accompagnant chaque moment important de la vie légale des entreprises. Les greffiers sont notamment responsables de la tenue du registre du commerce et des sociétés, réunissant près de 80% des agents économiques français. https://www.cngtc.fr/